Le jeu des trois figures en classes maternelles

Article à lire également sur l’excellent blog Les Vendredis Intellos

Le jeu des trois figures en classes maternelles de Serge Tisseron est une sorte de manuel du Jeu des trois figures, jeu à pratiquer en milieu scolaire et mis au point par l’auteur et son équipe. Le but du Jeu des trois figures est d’aider les jeunes enfants à surmonter le choc d’images violentes ou non appropriées vues à la télévision ou en vrai, et par ricochet à diminuer les violences scolaires.
Il s’agit en fait d’un jeu de rôle où les participants jouent à tour de rôle chacun des trois personnages : la victime, l’agresseur, le redresseur de torts.

Attention !

Le jeu des trois figures est une expérimentation. Il ne doit être pratiqué que par des professionnels dûment formés par Serge Tisseron et son équipe !

Les effets néfastes de la télé sur les jeunes enfants

L’auteur part du constat que les jeunes enfants passent beaucoup de temps devant la télé et donc devant des images inadaptées. Or ce temps passé à regarder la télé n’est pas mis à profit pour jouer, alors que c’est par le jeu que les enfants apprennent et se développent. Ainsi le “fléau télévision” non seulement abreuve les enfants d’images stressantes voire traumatisantes, mais en plus occupe du temps de jeu qui permettrait aux tout-petits de se remettre de ce stress.

Au-delà de deux heures de télévision par jour, les chercheurs ont également constaté des pertes durables dans le domaine des comportements sociaux. Les bébés les plus exposés deviennent “des enfants moins autonomes, moins persévérants et moins habiles socialement”.

Autre souci avec la télé : l’identification des enfants aux héros (stéréotypés) qui leur sont présentés. En soi je suis d’accord, les programmes jeunesse ne sont pas très originaux. Il y a souvent un leader charismatique et ses amis qui le suivent quoi qu’il arrive. Mais de là à dire que ce sont les seuls modèles d’identification à la portée de l’enfant, c’est un peu réducteur d’après moi.

Les enfants ont tendance à s’enfermer dans des schémas mentaux rigides où ils ne se perçoivent que dans un seul rôle : toujours agresseur, toujours victime ou toujours redresseur de torts. Et le danger est qu’ils adoptent systématiquement la même attitude dans la réalité.

Ainsi, à force d’incarner toujours le même rôle, les enfants perdent un sentiment pourtant crucial du développement : l’empathie.
Serge Tisseron ne manque pas de rappeler que les enfants qui endossent systématiquement le rôle de victimes sont à surveiller tout autant que ceux qui portent toujours l’habit de l’agresseur.

Les règles du jeu des trois figures

Il y a sept moments dans le jeu qu’il convient de respecter. Ils comprennent la découverte ou le rappel des règles du jeu, la construction de l’histoire (scénario) et la mise en place des dialogues et actions.

Il faut que le scénario proposé inclue les fameuses trois figures : la victime, l’agresseur, le redresseur de torts. Il faut, et Serge Tisseron insiste bien à-dessus, que le scénario choisi soit basé sur des images (par exemple vues à la télévision), mais en aucun cas des scènes dont l’enfant a été l’un des protagonistes.
Les actions et dialogues sont décidés à l’avance (ce n’est pas une activité théâtre !)
Voici un exemple concret des sept moments de jeu :

Extrait Le jeu des trois figures

Quelques soucis peuvent apparaître dans le déroulement du jeu : les enfants ne jouent pas le rôle qui leur est attribué, ou il n’y a pas les trois figures dans les scénarios proposés par les enfants ou certains enfants ne veulent pas jouer un des trois personnages.

Résultats

Une expérimentation sur les effets du jeu des trois figures a été menée durant l’année scolaire 2007-2008. Elle portait sur 6 classes de maternelle (142 enfants). Une moitié a servi de classe témoin, l’autre moitié a joué au jeu des trois figures 1 à 2 fois par semaine (environ 45 minutes pour chaque session).
Les résultats à la fin de l’année montrent que les enfants qui ont joué au jeu des trois figures jouent plus à des jeux collaboratifs. Ils semblent aussi qu’ils changent plus facilement de posture (victime, agresseur, redresseur de torts), tout particulièrement les enfants qui ont un comportement agresseur. Globalement les violences scolaires ont diminué avec les sessions de jeu.
Voir tous les résultats de l’expérimentation

Pour ma part, je reste un peu sceptique vis-à-vis du jeu des trois figures.
En soi, je trouve l’idée de jeu de rôle où chaque joueur tourne à chacun des rôles plutôt bonne. Mais j’ai quand même de gros doutes sur le fait de faire rejouer des scène violentes à des tout-petits. Même si Serge Tisseron insiste sur le fait qu’il doit s’agir de scénarios vus et non vécus par les enfants, comment en être sûr ? Et comment ne pas mettre un enfant dans une situation difficile où il se retrouverait à vivre des évènements traumatisants une nouvelle fois ?

Et dans le cas d’un scénario de violences sexuelles… et bien Serge Tisseron n’a pas de solutions, si ce n’est d’envoyer l’enfant chez le psychologue scolaire, d’appeler son équipe et de rappeler aux élèves que la sexualité ne regarde que les adultes. Pas terrible comme réaction face à un témoignage d’agression sexuelle. :/

Avez-vous déjà utilisé ce jeu en classe (pour les enseignants) ?
Et pour les parents, vos enfant ont-ils déjà participé au jeu des trois figures ?
Que pensez-vous de cette méthode de jeu ?

Le jeu des trois figures en classes maternelles
Achetez le livre sur Amazon

6 réflexions au sujet de « Le jeu des trois figures en classes maternelles »

  1. Ping : Le jeu des trois figures de Serge Tisseron | Les Vendredis Intellos

  2. Bonjour, le jeu des trois figures nécessite une formation délivrée par Tisseron lui-même. À diffuser avec modération sans formation !
    Ce jeu peut entrer dans un projet global de lutte contre la violence et le harcèlement , parce qu’il permet justement de développer l’empathie en mettant les élèves dans trois positions : harceleur, harcelé et redresseur de torts…
    Il ne saurait à lui seul, régler tous les problèmes… à intégrer dans une politique générale !

    • Oui, le jeu des 3 figures est proposé uniquement par des enseignants formés. J’espère ne pas m’être fait mal comprendre : il ne s’agit pas d’essayer de jouer à ce jeu à la maison. Par contre, on peut discuter de son utilité et des résultats qui en découlent 🙂

  3. Bonjour,

    ayant été moi-même formée pour pratiquer le jeu des 3 figures, je suis d’accord avec instit90, et je pense que l’article ne devrait pas détailler le déroulement d’une séance(cela m’a choqué). Tous les lecteurs de l’article n’iront pas forcément au bout…et donc ne sauront pas que ce jeu est à la disposition de professionnels uniquement.

    • Bonjour Fiona et merci de votre remarque,

      Suite à votre commentaire, j’ai rajouté un avertissement pour bien clarifier les choses.

      Par contre, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas dévoiler les détails du contenu de cette expérimentation. Les parents, les professionnels non formés et les autres ont le droit à l’information et à alimenter le débat.

  4. Ping : La bibliothèque de la parentalité bienveillante - Debout Ludo, le blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *